Présentation d'ouvrages de géographie sur le site nonfiction.

Publié le 3 Septembre 2008

Comme le conseille Sylvain Khan à ses étudiants de Science Po, il faut consolider et enrichir sa culture géographique.


SCIENCES PO 2008 – « ENJEUX POLITIQUES DE LA GEOGRAPHIE »

"Les étudiants sont invités à consolider et enrichir leur culture géographique par la consultation
régulière d’autres sources et la recherche documentaire, par exemple : les publications de la
« documentation photographique » éditées par la Documentation française ; les revues
spécialisées comme Hérodote, les Annales de géographie, Mappemonde, … ; les Atlas des
Editions Autrement, du Monde Diplomatique et de l’Espace mondial des Presses de Sciences
Pole ; les grands dictionnaires de géographie, comme le « Lévy-Lussault », le « Lacoste », le
« Brunet » ; le site des Cafés Géographiques ; le débat mensuel des Cafés Géographiques au
Flore boulevard Saint Germain ; le site Géoconfluence ; la rubrique « géographie » du site
nonfiction.fr ; l’émission « le dessous des cartes » sur Arte ; l’émission de géographie
« Planète Terre » sur France Culture en direct, en ligne ou en podcast.
Les étudiants sont, surtout, invités à feuilleter et à lire en partie ou en totalité des livres de
géographes et de géographie".
Sciences Po 2008 – Géographie – Conférence de S. Kahn


Cette rubrique géographie sur nonfiction.fr  présente des critiques d’ouvrages par Sylvain Kahn (France Culture Planète Terre) ou Emilie Blanchard, Agrégée de géographie depuis 2007, titulaire d'un master de géographie mention pays en développement, Émilie Blanchard est actuellement enseignante au lycée Louise Michel de Bobigny.
Depuis octobre 2007, elle est critique de géographie au portail des livres et des idées, nonfiction.fr.


Autre critique rédacteur des compte rendus Hervé REGNAULD. Professeur de géographie physique à l'université de Rennes-II (université européenne de Bretagne) et membre du laboratoire Costel (UMR 6554 CNRS).
Une partie de ses travaux portent sur la morphodynamique des littoraux et particulièrement sur leur capacité à répondre/ absorber/ atténuer les événements extrêmes comme des tempêtes ou des tsunamis. L'enjeu est de déterminer si de tels événements ont, ou pas, un impact durable sur le comportement du littoral.

le cairn de Mourèze création et photo F Arnal 2007

Un autre aspect de son travail concerne les relations entre la philosophie contemporaine, la géographie physique et les arts plastiques. Un intérêt particulier est porté à certains concepts deleuziens et aux oeuvres proches du Land Art.

La page géographie présente des ouvrages récemment sortis

comme l’excellent ouvrage de Sylvain Allemand (dir.) . Comment je suis devenu géographe.
Éditeur : Cavalier bleu
 Ou encore  le Dictionnaire de l'environnement d'Yvette Veyret (dir.) Éditeur : Armand Colin


Exemple de critique : l’ouvrage sur les villes qui vient de sortir chez Belin
Au bonheur des villes  Géographie Vies citadines
Philippe Gervais-Lambony et Élisabeth Dorier-Apprill
Éditeur : Belin
267 pages / 23,75 €

Résumé : Un excellent ouvrage collectif qui relativise les discours sur "la fin de la ville" et cherche ce qui fait la ville aujourd'hui.
Emilie BLANCHARD

Quatorze chercheurs, de disciplines, d’horizons, de terrains différents ; un seul projet : "travailler sur ce qui fait la ville plutôt que sur ce qui la défait". Dirigé par les géographes Élisabeth Dorier-Apprill et Philippe Gervais-Lambony, Vies citadines est le fruit de cette riche coopération pluridisciplinaire entre des géographes, des sociologues, des anthropologues et des socio-linguistes. Dès l’introduction, le ton est donné : "Nous aimons les villes (…). Nous proposons d’entrer ici dans les villes en réglant notre focale sur ceux et celles qui les habitent. Ce sont les pratiques, paroles, représentations et vies citadines qui constituent l’objet des pages qui suivent". Le résultat de ces recherches est un livre passionnant, foisonnant, à l’image de la très belle couverture, et audacieux à de multiples égards. En dix chapitres, aux titres surprenants ("Voisiner", "Bouger, S’ancrer", "Parler", "Détourner", "Flâner"…), le pari est fait par les auteurs de rechercher la ville et le lien citadin dans les espaces urbains aujourd'hui, en réaction au discours dominant et pessimiste sur l’avenir de la ville, forcément fragmentée, en crise. Disons-le d’emblée, le pari est gagné.
Source Emilie Blanchard :
http://www.nonfiction.fr/articleprint-1298-au_bonheur_des_villes.htm




Cet ouvrage est le fruit, original, d'une écriture et d'une réflexion collectives de quinze chercheurs et enseignants-chercheurs de diverses disciplines et institutions, travaillant à partir de terrains très variés, du Nord comme du Sud, sur ce qui fait la ville aujourd'hui pour ceux qui l'habitent. Il entend répondre au discours commun sur l'évolution univoque des organismes urbains dans le contexte de la mondialisation, comme à l'inquiétude suscitée par ce que seront les villes du XXIe siècle.
Les textes présentés analysent, à travers l'observation des vies citadines, les interactions contemporaines entre les recompositions spatiales et sociales urbaines. Ils proposent des éléments de réponse aux débats actuels se rapportant à la question de la dissolution de la ville dans l'urbain, à la déconnexion, annoncée par certains, des liens entre citadinité et urbanité, ainsi qu'à la notion de fragmentation urbaine.
À l'image de certaines rues de nos villes, le plan de l'ouvrage invite plutôt à la flânerie. À chacun donc son itinéraire citadin au fil des pages. Ce qui fait le lien d'un texte à l'autre, c'est la recherche commune de ce qui fait ville malgré tout, pour le meilleur ou pour le pire.
Source : Belin
http://www.editions-belin.com/ewb_pages/f/fiche-article-vies-citadines-5225.php?lst_ref=1

Rédigé par François Arnal

Publié dans #prépa ENS LSH

Commenter cet article