L'Atlas des Développements durables.

Publié le 23 Septembre 2008



Yvette Veyret et Paul Arnould nous présentent un petit atlas très complet et tout récent (Editions Autrement Septembre 2008) sur  le thème du développement durable ou plus exactement sur les développements durables.

Pourquoi un nouvel atlas sur les développements durables alors qu'il en existe déjà un ?
(Atlas DU développement durable chez le même éditeur par Anne-Marie Sacquet (août 2002).



Cet atlas proposait en 2002 une lecture du monde prenant en compte les données socio-économiques, géopolitiques et de l'environnement. Il est divisé en trois parties : le développement humain ; l'environnement et les risques ; économie, dépendance et solidarité.



Yvette Veyret, professeure de géographie à Paris X-Nanterre et Paul Arnould, professeur de géographie à l'ENS LSH de Lyon, ont dirigé cet ouvrage écrit par trente-trois géographes spécialisés.

Yvette Veyret est  à l'origine spécialiste de géographie physique, elle travaillait sur les formations glaciaires ou périglaciaires du Massif Central et s'intéressait pas exemple aux Monts du Forez et aux paléoenvironnements de l'ère quaternaire (ére glaciaire).
Sa réflexion porte désormais sur les relations nature/ société dans l'analyse géographique. Elle a depuis évolué vers une géographie plus sociale et plus humaine tout restant spécialiste des milieux et surtout de l'environnement.

Ces dernières publications traitent de ce sujet, on peut citer entre autre le « Dictionnaire de l'Environnement » paru  chez Armand Colin en 2007. Elle travaille également sur le thème des risques majeurs.
Paul Arnould est spécialiste des forêts, il s'intéresse également aux problématiques relatives aux paysages, à la nature, à l'environnement  et à la biodiversité et au développement durable.


Parc André Citroën Paris

Tous deux ont une attitude critique et un regard scientifique vis à vis du développement durable. Pour eux il n'existe pas un modèle unique de développement durable. La situation n'est pas identique pour les Etats-Unis ou la Bengladesh, ou encore entre le département de la Seine Saint-Denis et le centre de Paris. Les géographes ont depuis longtemps appris à travailler avec les échelles et les temporalités. Ils savent c'est le facteur temps, la durée d'un changement, d'une crise, l'éventualité une catastrophe. Le discours du géographe n'est pas forcément celui de l'écologiste militant.



éoliennes sur les plateaux du Massif Central : Velay (Ardèche du Nord)

Michel Hagnerelle, le préfacier, inspecteur général d'histoire et de géographie, a été chargé par le ministère de l'Education Nationale de la généralisation de l'éducation au développement durable (EEDD) dans l'enseignement. Pour lui il est essentiel que les géographes fassent entendre leur voix. La complexité des situations suppose une approche globale qui impose de confronter le point de vue de différents scientifiques issus de différentes spécialités.
« Les géographes renvoient les hommes, les société à leur responsabilité, non pas de protecteurs mais de gestionnaires de leurs territoires, et ceci du local au planétaire ».

Cyrille Suss et Claire Levasseur, cartographes indépendants, ont conçu et réalisé l'ensemble des cartes et infographies de cet atlas. Ils ont déjà collaboré à de nombreux atlas de la collection.



Parc André Citroën Paris Création Gilles Clément : les jardins sériels.

Présentation de l'éditeur

Développement durable doit-il rimer avec peur, angoisse, découragement, impuissance ? Ne peut-il signifier espoir, lucidité, responsabilité, citoyenneté ?
Passer de la formule "du" développement durable, singulier et réducteur au pluriel "des" développements durables, riches des diversités et des potentialités est lourd de sens. Loin du modèle unique du développement durable, cet Atlas des développements durables propose de repérer les lignes de force d'un monde fragmenté, inégalitaire mais aussi foisonnant d'expériences porteuses d'innovation. Le pari de la réconciliation de l'économique, du social et de l'écologique suppose de dresser un constat lucide des différents modèles de développement. Comment articuler ce qui se joue dans mon quartier avec le devenir de la Chine et des États-Unis ? Dans la prolifération des informations, des faits, des signaux contradictoires, la mise en cartes et en graphiques de la diversité des situations spatiales du monde permet d'éviter les visions caricaturales et les jugements péremptoires. Trente-cinq géographes et deux cartographes proposent plus de 100 cartes et infographies originales, pour aider à visualiser, comparer, comprendre, réfléchir, en somme à être acteurs des choix des développements durables voulus et non pas imposés.


Voici un nouvel atlas consacré au développement durable, qui prend en compte ce qu'on appelle les trois « piliers » du développement durable, à savoir les volets économique, social et écologique.
Chaque carte est d'ailleurs accompagnée d'un petit schéma soulignant le volet privilégie dans un contexte géographique donné.
Rémy Knafou qui signe les pages sur le tourisme se demande si l ‘écotourisme est une solution pertinente pour un milliard de personnes ? Ses cartes montrent un développement autocentré alors que Thiérry Sanjuan spécialiste de la Chine s'interroge sur la prise de conscience environnementale du géant chinois.
Gérard Salem et Stéphane Rican spécialistes de la géographie de la santé signent les pages sur la natalité et la mortalité révélatrices des systèmes de santé. Ici les cartes sont plus axées sur un développement sociocentré.
Pour eux : «  La démographie est elle un frein ou un accélérateur du développement durable ? Les deux !  Les visions malthusienne ou nataliste sont dépassées : santé et développement sont interdépendants ».



 Les piliers économique et social conduisent à pointer à différentes échelles - celle du monde, celle des pays, des régions, des villes...- les inégalités auxquelles ont à faire face les populations pour accéder aux ressources, à l'éducation, aux soins. Ces inégalités constituent autant de freins à la mise en oeuvre de modes de développement durable. Le pilier écologique permet d'envisager les ressources comme l'eau, la forêt, les agrosystèmes, les énergies fossiles, etc. et l'impact des sociétés sur ces dernières, de prendre en compte les pollutions de l'eau, de l'air, des sols..., leurs effets sur les populations pour accéder aux ressources, à l'éducation, aux soins.
Ces inégalités constituent autant de freins à la mise en oeuvre de modes de développement durable. Il conduit à analyser les lieux en crise et ceux dont la situation s'est améliorée ou s'améliore au fil du temps. Les analyses géographiques placent la société au cœur du développement durable, ce dernier devant contribuer à aider les hommes à vivre et /ou à mieux vivre.


Elles envisagent non un modèle unique de développement durable impliquant un organisme supranational que d'aucuns appellent de leurs vœux depuis le sommet de la terre à Rio en 1992, mais des réponses multiples, tenant compte les spécificités culturelles, économiques, politiques des populations. Elles insistent enfin sur les jeux d'acteurs, sur les conflits, la place des Etats, des pouvoirs économiques, des ONG,des citoyens et conduisent donc à intégrer le développement durable dans les politiques d'aménagement des territoires. Avec plus de cent cartes et /ou graphiques spécialement réalisés à la demande des géographes, tous spécialistes de leur domaine, voici un nouvel atlas indispensable à tous les citoyens éclairés d'aujourd'hui.
Source Editions Autrement.


Retrouvez la présentation de l'ouvrage dans l'émission Planète Terre de Sylvain Khan avec Y. Veyret et P Arnould reçus à France culture le 17/09/2008.

Si vous n'avez pu écouter ou télécharger cette émission, retrouvez là sur le géopodcast de François Arnal.


Rédigé par François Arnal

Publié dans #geofac

Commenter cet article

Pierre AGERON 23/09/2008

Bonjour,je me permets de vous indiquerle compte-rendu  de l'ouvrage de Paul Arnould et Yvette Veyret que j'ai effectué sur Nonfiction.fr.CordialementPierre AGERON, agrégé de géographie , étudiant à l'ENS LSH

François le géographe 23/10/2008

Retrouvez la critique de cet ouvrage sur le site des clionautes par Jean-Pierre Costille.http://www.clionautes.org/spip.php?article2121