Barcelone : Rêverie au dessus des toits

Publié le 5 Novembre 2008

Photo Héloïse T.

Carte postale géographique proposée par Héloïse (LS1)


   Quand on pense à Barcelone, on pense à Gaudi ou à la Rambla, une ville dynamique dans laquelle la foule déambule jusqu'au petit matin. C'est une toute autre facette de la ville que j'espère vous montrer. Cette photo a été prise à l'aube, du balcon de la chambre d'hôtel. On y voit les toits de la ville, j'ai choisi cette photo car je trouve intéressant de regarder la ville sous cet angle. D'habitude, on est dans les rues et on connaît la ville avec un point de vue de promeneur.
 Ici, on domine le paysage, le ciel est très clair en raison de l'heure matinale mais aussi de la proximité de la mer. La succession continue des toits me fait penser à une véritable fourmilière, dans les villes du sud, les toits sont aménagés et représentent un espace de vie comparable à une autre pièce de la maison. Le toit de la première maison en face est équipé d'une table, et on y remarque également le drapeau de l'équipe de foot barcelonaise, le «  Football club Barcelone ». Les barcelonais sont très attachés à leur culture catalane, ils se veulent différents des espagnols et soutiennent donc avec ferveur leur équipe de football. Sur le toit juste à côté, on observe déjà de nombreuses différences. Il n'est pas utilisé comme une terrasse, et on y trouve simplement une rangée de vitres, au début j'ai cru à des panneaux solaires car on nous avait précisé que Barcelone encourageait le développement  durable en utilisant notamment beaucoup l'énergie solaire.
Ce paysage m'attire par la diversité qu'il renferme
, en effet tous ces toits sont différents dans leurs couleurs, leurs matériaux, la façon dont les habitants occupent cet espace. J'ai essayé à plusieurs reprises de deviner les catégories sociales vivant ici. J'ai observé le nombre d'antennes, celles qui me paraissaient plus récentes, mais aussi le fait qu'il y ait des logements individuels ou communs ; par exemple il me semble que le bâtiment blanc à droite est comme un HLM. Je me suis aussi interrogée sur l'âge des bâtiments, certains possèdent encore des cheminées, certains sont mieux entretenus ou encore certains ont une architecture plus moderne. Je me suis demandé après si j'avais à faire à des bâtiments à l'architecture barcelonaise typique ou plutôt à une architecture plus européenne. Je pense plus à cette deuxième solution.  Malgré la diversité du paysage, plusieurs éléments reviennent, l'utilisation de briques, à peu près la même couleur de tuiles à chaque fois.
Pour en terminer avec ce paysage, je dirai qu'il éveille ma sensibilité car il me rappelle ce moment d'intimité où à l'aube j'allais sur le balcon contempler cet océan urbain. De plus, j'étais la première levée et comme on le voit sur la photo, les gens dormaient encore. C'est comme si j'avais surpris cet instant. Le voyage me laisse beaucoup d'images en tête, mais celle-ci reste la plus marquante. C'était mon moment à moi, mon moment de rêverie au dessus des toits.

 

Khâgne 42 Lycée Fauriel St Etienne

Rédigé par François Arnal

Publié dans #cartes postales géographiques

Commenter cet article