La Torre Agbar à Barcelone : Carte postale géographique

Publié le 27 Janvier 2009



En regardant ce paysage, la première des choses qui attire mon attention, c'est cette grande tour (à gauche de la photo). C'est la torre Agbar, elle est le point focal de cette prise de vue. La photographie est prise depuis le périphérique autoroutier barcelonais, à travers la vitre du car.

    Quand j'observe ce paysage, j'ai une impression de dynamisme : en dépit des couleurs sombres de cette photographie, des éléments viennent rappeler aux observateurs que Barcelone est une ville en mouvement, un réseau urbain important. En effet, les grues situées au quatrième plan montre la présence de chantiers, ainsi, on peut en déduire que l'activité ne manque pas aux ouvriers barcelonais : on peut dénombrer au moins cinq grues. Un grand nombre d'immeubles implique soit qu'il s'agit d'un quartier d'affaires, soit d'une zone où les unités d'habitation sont très nombreuses et groupées pour un gain de place. Les deux solutions sont envisageables, et quel que soit le cas, c'est également un élément marquant le dynamisme de Barcelone : soit un dynamisme économique, soit un dynamisme social. De plus, la présence d'une autoroute me fait penser que nous sommes dans un nœud de communications, ce qui est tout à fait possible dans une grande ville telle que celle-ci : il s'agit en effet la capitale historique, administrative et économique de la Catalogne.

    Mais il est vrai que l'on puisse également ressentir un mal-être devant un tel paysage. Le premier plan donne directement lieu à une rambarde autoroutière après laquelle se trouve ce que l'on pourrait appeler un « trou », tant il y a un dénivelé important. Puis au second plan, dans ce « trou », un espace de verdure, un poumon de végétation, mais ces arbres dont on ne peut apercevoir que la cime semblent comme pigés au cœur de ce périphérique autoroutier. Cela ne nous donne pas une vision très sympathique de cet endroit sur lequel d'ailleurs on n'a pas la possibilité de s'arrêter (à moins d'être suicidaire ou que l'autoroute soit fermée pour une quelconque cause). Pour ma part, je pense que la présence d'espaces verts en ville est indispensable, il est préférable qu'ils soient dispersés un peu de partout, de façon à ce qu'il n'y ait pas une partie de la ville qui soit plus touchées par la pollution que le reste.

    La Torre Agbar est sans doutes la tour qui est à la fois la plus moderne et la plus économe en terme d'énergie, de tout Barcelone. En effet, elle est un symbole positif pour l'avenir par les dispositifs qu'elle comporte, ceux-ci évitant un gaspillage de l'énergie: pour une meilleure utilisation de l'air conditionné, des capteurs de température sont placés à l'extérieur du bâtiment, permettant ainsi d'agir sur l'ouverture ou la fermeture des fenêtres, de manière automatique. Cependant, sa forme architecturale ne fait pas l'unanimité : certains la compare à un missile, d'autre la nomme « le suppositoire géant de Barcelone » et enfin, elle est le plus souvent décrite comme étant un symbole phallique.

    Pour ma part, je ne trouve pas que cette construction puisse être considérée comme étant belle de jour : je me souvient que ma première réaction fut de la comparer effectivement à un missile nucléaire. En revanche, la nuit, la tour prend un tout autre visage, presque féerique. Les nombreuses diodes électroluminescentes (ou DEL) intégrées à sa façade permettent la création d'images sur les parois, dont les couleurs (principalement le bleu et un peu de rouge à la base) donnent un caractère irréel au paysage. On croirait rêver ! Je trouvais ces couleurs tellement captivantes que j'avais la sensation d'être comme une enfant devant une confiserie...

Par Noémie R HK Lycée C Fauriel

Khâgne42

Rédigé par François Arnal

Publié dans #cartes postales géographiques

Commenter cet article