Le Parc Guell : carte postale géographique 2.

Publié le 3 Février 2009


                                   

 

Vue paysagère de Barcelone depuis le parc Güell

 
               Cliché pris le 23/10/2008


    Cette vue paysagère de Barcelone a été prise depuis le parc Güell, qui permet d’observer une partie des 98 km² sur lesquels s’étend la ville. Le parc, édifié entre 1900 et 1914, est une réalisation inachevée de l’architecte catalan Antoni Gaudi. Le projet initial de bâtir une ville sur une colline du sud de Barcelone n’a pas abouti, seuls le parc et deux maisons furent achevés. Propriété municipale depuis 2001, ce parc est désormais l’un des lieux les plus fréquentés de la ville.
En effet, de nombreux touristes s’y promènent et affluent vers les différentes constructions, telle celle présente sur la photographie. Les formes, les couleurs, les matériaux de cette architecture atypique contrastent avec l’arrière-plan et nous transportent dans un univers fabuleux.
Notre imaginaire est sollicité par ces petites maisons qui rappellent celle de la sorcière du conte Hansel et Gretel, les murs pouvant être assimilés à du pain d’épice et les mosaïques à toutes sortes de friandises. La religiosité très présente en Espagne, où l’on dénombre de nombreux monuments tels que la cathédrale Santa Eulalia, l’église Santa Maria del Mar ou encore la Sagrada Familia, se retrouve ici avec la croix qui surmonte la tourelle de l’édifice.
Ce parc traduit également la volonté de Gaudi de se fondre au mieux dans l’espace naturel avec des lignes qui ne sont pas dures et agressives mais au contraire courbes et rondes. Les principales caractéristiques de son courant, c’est-à-dire l’Art nouveau, sont en effet l’inspiration dans les formes, la géométrie et les couleurs de la nature.
   
La présence relativement importante de palmiers dans le parc témoigne du climat méditerranéen, sec et chaud, de cette ville côtière. La région de la Catalogne, communauté autonome, dont elle est la capitale, souffre cruellement du manque d’eau, ce qui amène le gouvernement à réfléchir à différentes possibilités pour combler cette carence. Un projet de drainage de l’eau du Rhône jusqu’en Catalogne a notamment été envisagé. Cependant, Barcelone n’est heureusement pas exempte de journées pluvieuses, comme nous en avons fait l’expérience. Mais malgré un temps couvert, le paysage n’est pas dépourvu de chaleur grâce aux couleurs chaudes des bâtiments tels le rouge, l’orange, le jaune…
Tout cela contribue à attirer les masses de touristes et donc à développer des structures pour les accueillir. Ainsi fleurissent hôtels, restaurants, bars, boutiques, notamment à proximité des musées, monuments et autres sites touristiques. Tout est fait pour créer une atmosphère conviviale et amener les touristes à consommer, ce à quoi participent les vendeurs ambulants tels ceux qui imitent le cri des oiseaux dans le parc Güell. Cela incite aussi des émigrés à vendre des produits issus de la contrefaçon que les touristes sont susceptibles d’acheter malgré les risques que cela comporte.
   
    De ce fait, bien que Barcelone soit une grande ville touristique et la Catalogne la région la plus riche d’Espagne au niveau économique, commercial et industriel, il ne faut pas oublier que subsiste encore une certaine pauvreté. En effet, au second plan sont visibles des quartiers désavantagés. Cependant des restructurations sont en cours depuis quelques années comme en témoignent les grues sur la photographie. Ces aménagements récents ont permis de rénover certaines parties de la ville et la zone portuaire. De part en part des centres commerciaux comme le Maremagnum, des tours et des immeubles modernes, tels ceux présents à l’arrière-plan, se sont élevés pour accueillir bureaux et autres services contribuant ainsi à moderniser la ville.
L’exemple le plus notoire est celui de la tour Akbar, gigantesque construction en verre en forme de missile qui participe à la protection de l’environnement grâce à sa consommation réduite en énergie. En outre, dans cette même optique, Barcelone ne néglige pas d’aménager quelques espaces verts afin de préserver une atmosphère agréable.
   
    Ainsi le parc Güell, pôle touristique cosmopolite, nous apparaît-il comme un espace chaleureux et accueillant de par son cadre verdoyant et artistique qui offre de plus une vision panoramique de Barcelone. Il permet de ce fait aux touristes de contempler les différentes facettes de la ville qui s’étend entre quartiers historiques, quartiers réhabilités et quartiers modernes.
   
F Virginie  et B Laurine LS1 (hypokhâgne)

Rédigé par François Arnal

Publié dans #cartes postales géographiques

Commenter cet article

Jennifer 23/04/2010 17:44



Hola! J'aimerais juste vous recommander une agence qui peut vous aider sur beaucoup de choses pendant votre séjour dans la charmante ville de Barcelone. L'agence s'appelle Barcelona-home
(www.barcelona-home.com) ils ont une excellente page d'accueil qui fournie de bonnes informations sur beaucoup de choses à Barcelone. Ils peuvent vous aider à trouver un logement, des écoles, du
travail, et vous inscrivent sur les meilleures listes VIP à travers la ville, pour vous emmener aux meilleures fêtes... Pendant mon séjour à Barcelone,ils m'ont très bien aidé et grâce à eux mon
séjour fut complet.



LUSERNE Raymond 04/02/2009 16:08

Excusez-moi d'intervenir. Mon propos pourra vous semblez hors-sujet. Mais j'ai pensé que des géographes devraient être intéressés par la défense de la recherche et des sciences humaines, aussi je me permets de vous signaler cet article : Dix éditeurs en défense des sciences humaines et sociales«Nous partageons la conviction que la vivacité de notre démocratie repose sur la compréhension de notre temps pour laquelle les sciences humaines et sociales jouent un rôle éminent.» Dix éditeurs (Fayard, Erès, MSH, La Découverte, Actes Sud, Ed. Thierry Magnier, Les Prairies ordinaires, L'Atelier) cosignent un texte de soutien aux chercheurs, universitaires et enseignants actuellement mobilisés pour défendre l'autonomie de leurs activités.Suite de l'article : http://www.mediapart.fr/club/edition/les-invites-de-mediapart/article/040209/dix-editeurs-en-defense-des-sciences-humaines-e