Carte postale géographique de Taormina (Sicile) par Manon.

Publié le 5 Juillet 2011

 

Cette photographie a été prise à Taormina (Juin 2011), ville située dans les hauteurs, au Nord-Est de la Sicile. Taormine est célèbre notamment grâce à ses sites antiques, mais également car elle offre une vue presque constante sur l'Etna, comme on peut le voir ici. La vue sur le volcan n'est pas la seule puisque Taormine donne la possibilité d'apercevoir également la Mer ionienne. Taormine a ainsi une place ambivalente puisqu'elle est proche à la fois du volcan et de la mer.

 

Taormina Manon

Photo Manon TD

 

Taormine est une des petites villes de Sicile les plus touristiques, ce qui lui a permis de développer une économie touristique grâce à des aménagements notamment, pour accueillir toutes sortes de touristes : du touriste lambda au plus riche. C'est ce que montre cette photographie. En effet, elle est divisée en deux grandes parties : la première est composée d'une piscine, d'habitations, et d'un axe routier ; la seconde : de l'Etna et de la Mer Méditerranée au loin. Cette division met en évidence l'évolution de Taormine, puisqu'il faut savoir que la piscine appartient à un hôtel haut de gamme.

La route, elle, permet de comprendre la mise en tourisme du lieu, pour faciliter les allées et venues non seulement des touristes mais également des habitants. Mais ces derniers sont invités à prendre des navettes depuis des parkings souterrains situés en contrebas. Cette photographie caractérise vraiment cette mise en tourisme puisqu'à première vue, on peut y voir une dégradation du milieu naturel qu'était Taormine. Or je pense qu'elle est surtout caractéristique de l'évolution de la société, car à l'époque classique, la ville était aussi habitée et aménagée pour le bon fonctionnement de la vie des habitants. Or cet aménagement était simplement différent par rapport à aujourd'hui.

De plus, la route donne l'impression de marquer la rupture entre le naturel et l'aménagé : en effet, à gauche de la route, on peut distinguer la mer, mais surtout un espace parsemé d'arbres, ainsi que des figuiers de Barbarie. Ces arbres et cactées n'ont pas l'air d'avoir été placés, mais d'avoir poussé de manière plus ou moins autonome. Au contraire, l'autre « rive » est composée d'habitations, mais également de certains éléments de nature, mais qui sont caractéristiques du rôle des hommes puisqu'ils donnent l'impression de suivre un moule. Taormine semble être un mélange constant entre passé et présent, nature et hommes.

 

Ce qui me plaît le plus dans cette photographie est le décalage entre la piscine et la Mer, qui caractérise pleinement la société d'aujourd'hui : en effet, alors même que la mer se situe non loin des hôtels, il n'est pas rare de les voir propriétaires de piscines privées pour leurs clients. Ici, le cas diffère un peu puisque le littoral et les hauteurs obligent les habitants de Taormine à parcourir quelques kilomètres pour accéder à la Mer. Ce que je trouve incroyable ici, c'est le fait que les clients de cet hôtel puissent avoir vue sur la mer tout en étant dans une piscine, sûrement chauffée, alors qu'il leur suffirait de prendre un moyen de transport.

 

Taormine caractérise ainsi la mise en tourisme des lieux antiques, avec tous les changements, quelquefois exagérés, que cela implique.

 

Par Manon TD HK42 (Hypokhâgne Fauriel)

La suite des photos sur Picasa :

Rédigé par François Arnal

Publié dans #cartes postales géographiques

Commenter cet article