Carte postale géographique L’Isthme de Corinthe par Pascaline

Publié le 13 Novembre 2010

  CARTE POSTALE GEO pascaline

 

Reliant la Grèce continentale au Péloponnèse, faisant ainsi de ce dernier une presqu’île, se dresse fièrement sous mes yeux l’isthme de Corinthe, lieu ô combien célèbre tant pour sa situation géographique, voire géopolitique, que pour son histoire. A première vue, tout semble correspondre à l’imaginaire collectif engendré par ce lieu. Le site est majestueux, avec ses falaises interminables qui surgissent des flots sur lesquels s’engagent principalement des navires de tourisme. La végétation, quoique tout de même peu luxuriante malgré la présence inattendue de quelques arbres, située de part en part de chaque côté de la falaise, laisse à penser que la nature a repris ses droits malgré la construction du canal, répondant à une initiative française entre 1882 et 1893, et donne de ce fait une image très naturelle du site. Avec plus de 6000 mètres de longueur, le canal de Corinthe s’étend presque à perte de vue, laissant une impression marquante de liberté. Un rayon de soleil finit d’achever le tableau quasi idyllique qui se dessine devant moi.

 

Cependant, je m’aperçois rapidement que la réalité est en fait toute autre que celle qui m’ait d’emblée apparue. Le pont depuis lequel je contemple l’isthme est en réalité une voie de communication où passent de nombreux véhicules, dans un vacarme qui contraste fortement avec l’impression de paix et de sérénité de l’isthme. De plus, j’ai choisi d’adopter pour ma photographie le point de vue de l’imaginaire collectif, qui n’est qu’une partie de la réalité. En effet, en élargissant à peine l’angle de vue, de chaque côté du canal se trouvent de petites boutiques de souvenirs, situées à une telle proximité de l’isthme que le paysage s’en trouve entaché. Bien que l’isthme de Corinthe conserve un certain caractère naturel, l’industrialisation et l’urbanisation ne sont pas très loin. Les routes où filent camions et voitures en abondance, dans un bruit toujours plus percutant, les vendeurs de souvenirs et de nourriture, qui semblent se soucier davantage de la réalité économique et de la rentabilité de leur commerce que de la beauté et la préservation du site gâchent littéralement le site et l’extase, si l’on peut dire, que l’on ressent à sa contemplation.

 

La vision que j’ai désormais de l’Isthme de Corinthe est désormais très différente, et le site ne m’apparaît plus comme attrayant. L’aspect répulsifdu site à mes yeux n’est pas dû à l’isthme lui-même mais à son environnement. Le changement de perception de cet espace n’est plus le même, et j’ai choisi cette carte postale géographique car elle illustre de manière frappante pour moi, le changement possible des représentations par rapport à un espace.

 

Pascaline G

Khâgne 42 Lycée Fauriel

photo prise en Juin 2010

 

D'autres photos du voyage d'étude 2010

Rédigé par François Arnal

Publié dans #cartes postales géographiques

Commenter cet article