Carte postale géographique : Pompéi par Maïlys

Publié le 13 Septembre 2010

 

 

Cette photo a été prise le dernier jour de notre voyage, lorsque nous avons visité les ruines de la cité romaine de Pompéï. La ville de Pompéï se trouvait au coeur d'une région fertile que les Romains appelaient « Terre des Dieux » pour son climat, et sa fertilité ainsi que sa proximité avec la mer. Ensevelie en 79 par le Vésuve, la ville a été exceptionnellement bien conservée jusqu'à la redécouverte du site vers 1600.

 

carte postale geo Sabatier M

 

J'ai choisi cette photo car je l'ai trouvée représentative des deux visages que Pompéï offre à qui s'aventure à la visiter.

 

La ville respire encore, malgré les années. Il semble que ses rues, ses maisons, ses commerces, dont les murs sont encore debout, bruissent encore de l'activité qui les animaient. C'est Pompéï toute entière qui nous raconte son histoire, alors que le visiteur parcoure ses rues, pénètre les bâtiments, de la taverne à la maison close, des grandes domus aux insulae. La végétation, très méditerranéenne, y est omniprésente. De grands arbres entourent tout le site, et ombragent les ruines à certains endroits, comme on peut le voir sur la photo. Mêmes les jardins des grandes maisons romaines ont été recréés, ce qui confère à ce qui pourrait semble être une ville fantôme, morte, un lieu de désolation, où la vie s'est brusquement arrêtée (comme en témoigne le moulage des corps dans leur ultime instant), un incroyable souffle de vie.

On peut très facilement se représenter ce qu'était Pompéï alors : une ville où il faisait bon vivre, sous le soleil du Sud de l'Italie. Nous pouvons presque voirce que ses habitants voyaient alors, tant le site est conservé et préservé : comme on peut le voir sur la photo que j'ai choisie, les murs des rues tortueuses et labyrinthiques tiennent encore bon. L'oubli ne semble pas permis à Pompéï.

 

Cette sensation de vie par-delà la catastrophe et les siècles est tout de même atténuée par la présence, imposante et menaçante, du Vésuve, ici à l'arrière-plan. Ce géant sombre nous rappelle, de par sa position dominante, que nous ne sommes pas plus puissants que les anciens habitants de Pompéï face aux aléas naturels. Certes, nous aurions peut-être pu prévoir une telle éruption, mais c'est bien la seule chose que nous aurions pu faire alors.

Toutefois, si le Vésuve reste dans l'esprit du visiteur une menace, il n'en reste pas moins le « conservateur » des mémoires de la ville qu'il a détruite, puisque ce sont ses cendres qui ont protégé les bâtiments dans lesquels nous avons recueilli de précieux témoignages du passé.

 

Pompéï est un magnifique site archéologique. À la différence de certains sites, où il ne reste malheureusement que quelques pierres ou colonnes, qui ne permettent pas vraiment de se représenter la magnificence, ou la taille imposante d'un temple, Pompéï permet à tous les visiteurs, spécialistes de l'histoire ou de l'archéologie, ou bien de simples amateurs, de réellement visualiser l'étendue et la beauté d'un tel lieu.

 

Maïlys S. Khâgne 2011

 

 

Khâgne 42 Lycée Fauriel

photo prise en Juin 2010

 

d'autres photos du voyage d'étude des prépas littéraires de Fauriel ici :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Rédigé par François Arnal

Publié dans #cartes postales géographiques

Commenter cet article