Carte postale géographique : Pompéi par Manon

Publié le 13 Septembre 2010

 

Vue panoramique de Pompéi.

 

carte+géo..

 

Cette carte postale nous offre une vue panoramique de la gigantesque ville de Pompéi, située sur la côte ouest de l'Italie, au sud de Naples. Surnommée « Terre des Dieux » par les Romains, de par sa fertilité, son climat et sa proximité avec la mer, ce splendide site archéologique est au coeur d’une riche région offrant aux touristes que nous sommes, un formidable voyage à travers le temps ainsi qu’une richesse historique. Ce site antique est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1997, avec Herculanum. 

 

            En effet, la ville fut fondée au Vème siècle avant Jésus Christ par un regroupement de cinq villages osques et détruite, selon le récit de Pline le Jeune, le 24 août 79 par une éruption du Vésuve. Ainsi, au fond de cette image se dresse ce volcan ayant ensevelie la ville il y a environ 2500 ans. Sa hauteur (pourtant moindre : 1281 mètres) et l’aspect robuste qu’il dégage, nous rabaisse et rappelle aux hommes qu’il est dangereux  et à l’origine de la destruction de la ville. Ce cône volcanique peu à tout temps se réveiller et de ce fait, il génère un sentiment d’incertitude. Il a marqué historiquement le site de Pompéi et les hommes le craignent, mais dans l’Antiquité il n’en demeure pas moins qu’il fut considéré par les Grecs et Romains comme un lieu sacré au demi-dieu Héraclès - Hercule. Peu à peu l’ambiguité s’intalle, le mythe, la magie se mélent à la réalité. De plus, la création d’un funéculaire renvoit bien à l’attrait que le Vésuve a engendré. En 1870, l'ingénieur hongrois Ernesto Emanuele Oblieght confie à Galanti, Sigl et Wolfart le projet de construire un système qui pourrait permettre de monter au sommet du Vésuve tout en restant confortablement assis. En 1880, le funéculaire est inauguré et après avoir transporté plus de 100 000 touristes son activité et stoppée en 1984. Construite à sa base, Herculanumeclipsée par la notoriété de Pompéi est aussi une ville révélatrice de la civilisation romaine au Ier siècle de par les circonstances de la destruction de la ville : les fouilles ont livré un matériel archéologique exceptionnel[], et également des œuvres littéraires inconnues par ailleurs.

 

Au milieu, à gauche de cette image, une étendue agricole révèle que les lieux aux alentours de Pompéi sont cultivés. De nombreux fruits y sont produits comme l’abricot, la cerise au encore le raisin. Cette végétation dépourvue de construction contraste avec la ville se situant au milieu à droite de la carte. Celle-ci est plutôt désordonnée et est le signe d’une urbanistion grandissante où l’homme, peu à peu s’approprie les lieux.

 

La ville de  Pompéi, que l’on apperçoit au premier plan à gauche, ensevelie et oubliée autrefois est désormais un site archéologique exceptionnel puisque redécouverte au XVIIème siècle. Cette ville que l’on pouvait qualifier de « morte » il y a des siècles est aujourd’hui un site très visité qui génère un flux importants de touristes venant de tous coins du globe. Les fouilles exécutées au XVIIème siècle, ont permis d’exhumer une cité florissante, précieux témoignage de l’urbanisme et de la civilisation de l’Empire romain. Même si elle fut  victime en 1980 d’un tremblement de terre, elle est néanmoins très bien conservée ce qui nous éblouit  lorque nous nous promènons dans les anciennes rues de Pompéi. C’est alors qu’apparaît à nos yeux une cité fort bien structurée, divisée par un réseau de rues qui facilite la circulation de ceux qui fréquentaient les thermes ou les forum. Ainsi, nous marchons sur les trottoirs déjà piétinés par nos ancêtres et pouvons visiter la « domus » des plus grands tels que la maison de Castor et Polux, la maison des Vesttii ou de Ménandre. Celles-ci révèlent donc le mode d’existence de ses habitants, mais, cependant, la peinture pompéienne présente sur les fresques, nous frappe de par son illusion du réel.Animaux et oiseaux semblaient animer jardins et intérieurs. Tout comme un chien représenté en mosaïque sur le sol d'un couloir (cave canem), si vrai qu’il semblait aboyer contre le visiteur. En effet, les peintures, mosaïques transforment les maisons en véritable musée imaginaire et nous font part du mode de vie des romains. On entre d’une certaine manière dans l’univers spirituel des Pompéiens. Ils étaient des hommes fidèles à la nature, qui aimaient le bien-être et la bonne chère.

 

Enfin, ce que l’on voit en premier en se penchant sur cette carte postale, c’est bien la Grandre Palestre (Palestra Grande) et l’amphithéâtre (Anfiteatro) situés au premier plan. Cette image met donc en valeur la part importante que les romains accordaient aux divertissements. L’amphithéâtre s’impose à nous (130 mètres sur 102), grandiose, capable de contenir 12 000 spectateurs, dans lequel se déroulaient les jeux du cirque et les combats de gladiateurs, si appréciés des Pompéiens qui consacraient à ces spectacles la majeure partie de leur temps libre. En revanche, le grand gymnase, construit sous Auguste, était utilisé aussi bien de stade de sport que de marché aux esclaves. Derrière ses 118 colonnes était aussi donné l'enseignement à la jeunesse pompéienne. La palestre ne disposait que d’une piste de course mais possédait en son centre une piscine (natatio). Si ces deux édifices publics nous renvoient aux loisirs des pompéiens il faut savoir que ceux-ci accordaient aussi beaucoup de temps aux affaires publiques discutées sur le forum mais aussi au culte de leurs dieux grâce aux différents temples.

 

Ainsi, ses remarquables vestiges apportent une considérable connaissance de terrain sur la civilisation romaine et l’organisation de celle-ci.C’est en voyant cette carte que l’on peut se rendre compte que ce site s’avère être exceptionnel puisque chargé d’histoire, autrefois détruit et sans intérêts et aujourd’hui attractif puisque révélateur du mode de vie et des centres d’intérets de nos ancêtres. Alors se mèle les éléments naturels que l’on ne peut controler, puis, l’expansion d’une ville moderne aux alentours du site de Pompéi, et enfin, un retour dans le passé. Le visiteur se voit plonger aux prémices de la civilisation romaine grâce à ce site remplit d’émotions.

 

Manon P

 

Khâgne 42 Lycée Fauriel

 

 

d'autres photos du voyage d'étude des prépas littéraires de Fauriel ici :

 

http://picasaweb.google.fr/khagne42

 

 

 

Rédigé par François Arnal

Publié dans #cartes postales géographiques

Commenter cet article