Carte postale géographique : pyro paysage autour du stade d’Olympie (Grèce 2010)

Publié le 17 Juillet 2010

 

 

Pyro paysage à Olympie. Apprenons à lire les paysages et les traces du passé.

Olympie et ses collines vu par François Arnal.

 

Olympie 2

 

Le milieu méditerranéen est menacé par les incendies pendant la saison sèche en été. Ainsi en Août 2007, la Grèce a subi une vague meurtrière d'incendies qui ont ravagé le Péloponèse et menacé les sites antiques millénaires. Les feux de forêt qui ont  ravagé la Grèce ont fait 61 morts.

Ce paysage pris en photo depuis le stade d’Olympie en Juin 2010 porte la trace du passage du feu (pyros en grec), ce paysage  post-catastrophe est appelé par les spécialistes un « pyro-paysage ».

Au premier plan le stade olympique de 192, 27 mètres de long bordé par la route et les aires de stationnement. Il date du IV° siècle avant JC dans son état actuel. La piste pouvait accueillir jusqu’à  20 sportifs. Sur les talus en bordure le public atteignait 40 000 spectateurs exclusivement masculins à l’exception de la prêtresse de Démeter. L’arrière plan est occupé par des collines ravagées par l’incendie : plus un arbre ne reste. Émergent de cette colline des tours  avec des canons à eau ressemblant à des pylônes à haute tension. Un important dispositif anti-incendie avait été installé sur le site d'Olympie au moment des JO d'Athènes de 2004.

 

Olympie 1


A y regarder de plus près on y distingue au sol  des dispositifs de lutte contre l’érosion : troncs d’arbres couchés sciés après le passage du feu et disposés perpendiculairement à la pente pour éviter l’érosion avec les pluies d’automne. Depuis trois ans la couverture végétale a repris masquant les traces de la tragédie. Des cyprès et des pins ont été replantés. Quelques oliviers ont survécu.

Le sanctuaire d'Olympie, dédié à Zeus, a accueilli les Jeux antiques de l'an 776 avant notre ère jusqu'au IVème siècle de notre ère. Le site est sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco. Le stade d’Olympie porte dans ses alentours la trace du passage du feu, un peu comme nos collines des Monts du Forez qui gardent encore la cicatrice des deux tempêtes de 1999 avec des squelettes d’arbres isolés. Les grands pins ou cyprès sauvés en bordure immédiate du site donnent une idée du paysage avant le passage du feu : de vastes collines ombragées. Mais après tout le feu n’a t il pas permis de retrouver l’état des collines probablement déboisées à l’époque antique ?

Le feu de 2007 probablement d’origine criminelle, s’est déclaré sur une colline, dévastant les forêts de pins et de cyprès aux alentours. Les incendies ont frôlé le site antique, le jardin du musée d’Olympie, qui abrite des sculptures classiques très célèbres tels que l‘Hermes de Praxitèle 330 avant JC). Mais les avions, les hélicoptères et un grand nombre de pompiers ont réussi à faire reculer l’incendie."Tous les systèmes anti-incendies ont fonctionné", s'est félicité le secrétaire général du ministère de la culture, Christos Zahopoulos le 27/08/2007. Les pompiers ont envoyé sur place six avions, deux hélicoptères, 45 pompiers et quinze véhicules.

 

Olympie 3

 

 

Aujourd’hui comme hier on accède au stade mythique par un passage en forme d’arcade (III° siècle avant JC). Sa transformation ultérieure en tunnel recouvert de terre lui valut le nom « crypte ». Les vestiges de gradins au centre de l’image datent de l’époque romaine, ils faisaient face à la statue de Déméter. Ils accueillaient le jury.

 

De la fumée noire et épaisse planait au-dessus des ruines très bien préservées d’Olympie, sur le Péloponnèse. La chaleur intense relançait des feux spontanés jamais totalement éteints.

Des riverains des villages proches du berceau des Jeux se sont plaints de la forte présence de pompiers et de moyens de lutte contre les incendies autour de l'antique Olympie alors que pendant ce temps-là, leurs maisons continuaient à brûler.

Le Péloponnèse est une presqu’île dont la forêt a aujourd’hui pratiquement disparu laissant des garrigues en peu de léopard dans les secteurs les plus dénudés. Lors de notre passage le 15 juin, des canadairs tournaient dans le ciel car des incendies se poursuivaient aux portes de Nauplie sur des pentes de garrigues dégradées.


Pour retrouver une photo de 2007 quelques temps après l’incendie.

 

 

Découvrez aussi l’image satellite des incendies :

 

Les photos du voyage d'études des prépas littéraires en 2010


Rédigé par François Arnal

Publié dans #cartes postales géographiques

Commenter cet article

Swingphil 22/08/2010 19:25



Toujours aussi passionant de venir voir votre site. Les pyropaysagesnous permettent de relativiser notre lecture du monde. Là où nous lisons destruction et dépérissement, la nature peut mettre
maturité ou renaissance. Les levées de dormance après incendie, que j'ai rencontré grâce à Gilles Clément, dessinent des moments magiques des paysages forestiers.



pieer vanbroeders 13/08/2010 14:03



super blog,les photos sont géniales aussi!