Carte Poste Géographique : Sicile 2011 et le temple de Ségeste.

Publié le 5 Juillet 2011


Carte Poste Géographique : Sicile 2011

 

Segeste T Jacob

Photo prise par Thomas Jacob, sur le site du temple de Ségeste : Chardons violets.

 


Quels magnifiques chardons violets s’offrent ici à notre regard, butinés de parts et d’autres par les abeilles de Sicile et plus précisément, par les abeilles de Ségeste, ville fondée par les Elymes originaires d’Anatolie, en perpétuel confit avec  Sélinonte. D’une grande beauté, cette cité se trouve sur le Mont Barbaro, sur la commune de Calatafimi-Segesta. Elle fut l’alliée des Carthaginois puis fut assiégée par les Syracusains qui l’occupèrent vers la fin du IV° siècle avant J-C. Après nombre de vicissitudes, Ségeste finit par se rendre à Rome. La vieille ville a progressivement été abandonnée après la conquête romaine puis détruite par les Vandales. 

Cette histoire bien tumultueuse m’est revenue à l’esprit en voyant cet essaim d’abeilles agglutiné autour de ce chardon. Ces insectes butinant de fleur en fleur me font penser à tous les conquérants qui ont ravagé la ville, s’attaquant tour à tour aux différents sites du lieu. Nous pouvons également apercevoir quelques escargots agrippés aux tiges des chardons, métaphore des colonisateurs romains ayant conquis la cité. En outre, ces abeilles me font également penser à notre classe d’hypokhâgne.

En effet, tout comme elles, nous nous agglomérons autour des différents monuments parcourant la Sicile. Nous sommes concentrés pour, faute de pomper du nectar, nous enrichir de connaissances et d’images. De plus, comme ces petits insectes, nous devons être laborieux, organisée, efficaces et travaillons à la fois sur le plan temporel et spirituel (les abeilles accèdent à la spiritualité selon la tradition antique). En classe, nous devons être performants et travailleurs, et ce, au sein d’une communauté, d’un système.

Le chardon représente la classe préparatoire : piquante car demandant beaucoup d’effort et de temps, violette car pleine de culture et de savoirs très variés. Et puis, l’année en classe préparatoire, c’est aussi de la joie et du divertissement, qualificatifs que métaphorisent très bien la beauté et la grâce de ces fleurs. Du reste, je trouve que ces chardons ont une présence et une essence incomparables. Ils s’unissent très bien avec l’ambiance du lieu et la force que dégage le temple qui les surplombe. En effet, ce péristyle dorique inachevé présente une puissante série de colonnes archaïques posées sur un soubassement à trois gradins soutenant l’imposante structure architravée, avec deux tympans sur les frontons.

 

Dès lors, ce monument fait preuve de majestuosité et de prestance, tel que le chardon violet. J’apprécie également la légèreté que diffuse cette photo : l’abeille qui vole au loin, un peu floue, renforce ce sentiment. De plus, les nuages ressemblent à de la crème chantilly ou de la mousse délicatement déposée sur les hautes montagnes au dernier plan. La couleur bleue claire du ciel s’associe parfaitement avec le dégradé violacé de la fleur. On peut même voir une dichotomie dans l’image, entre le haut, patchwork de tons froids et apaisants, et le bas, nuancé de tons chauds. La liaison entre le ciel et la terre est assurée par la montagne tandis que les chardons viennent apporter leur touche de couleur et de poésie au paysage.

 

Le haut de la photo permet d’accéder à un point de vue plus abstrait, plus spirituel du lieu tandis que le travail des abeilles nous renvoie à la nature et à son pragmatisme. Enfin, la robe noire et jaune des insectes ponctuent ; à l’instar d’une peinture impressionniste ; le décor, comme pour illuminer et vivifier le tableau.  J’aime beaucoup cette photo prise en mode macro qui montre l’éclat du chardon, tout en magnifiant le paysage au second plan.

 

Segeste Arnal F

Le contre champ (photo F Arnal)

 

Par Thomas J. HK42 (Hypokhâgne Fauriel)

La suite des photos sur Picasa :

Rédigé par François Arnal

Publié dans #cartes postales géographiques

Commenter cet article