Voyage à Paris pour les khâgneux de Fauriel (K42)

Publié le 14 Mai 2011

 

Voyage d’étude à Paris pour les khâgneux option histoire géographie

 

"Les onze optionnaires en histoire géographie de la Khâgne du Lycée Claude Fauriel ont pu se rendre 3 jours à Paris lors d'un déplacement organisé par Franck Thénard-Duvivier professeur d'histoire, en compagnie de François Arnal leur professeur de géographie.

 

Alors que les écrits de l'Ecole Normale Supérieure sont achevés et que la préparation à l'oral va commencer, un voyage d'étude dans la capitale a permis de poursuivre la politique d'ouverture culturelle de la "Prépa 42" et de revenir sur quelques thématiques historiques ou géographiques abordées dans l'année en cours pour la préparation du Concours de l'ENS/LSH de Lyon.


 

paris 2011 01

 

Les khâgneux découvrent la Joconde.

 

  • Le Mardi 11 Mai (jour de fermeture au public du Musée du Louvre), les étudiants ont bénéficié d'une visite privée dans le "plus grand musée du monde", accompagnés de Christelle Laizé-Gratias (professeur de Lettres Classiques) qui avait organisé la visite du Louvre. 

 

paris 2011 02

 

Guillaume Fonkenell présentant l’histoire des Tuileries.

 

C'est Guillaume Fonkenell, Conservateur chargé de l'histoire du Louvre, ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé de Lettres classiques, architecte D.P.L.G qui nous a longuement reçus. Il est responsable de la section « Histoire du Louvre », rattachée au département des Sculptures du musée du Louvre.  Il est également chargé de cours à l'École Nationale des Chartes et à l'École du Louvre. Il vient de publier un très bel ouvrage sur Le Palais des Tuileries (Honoré Clair, 2010). Guillaume Fonkenell est intervenu récemment dans l'émission de France 3 "Des Racines et des Ailes" consacrée au Louvre et au Jardin des Tuileries.

 

paris 2011 03

 

La salle des Caryatides : Elle doit son nom aux quatre figures féminines sculptées par Jean Goujon en 1550 pour soutenir la tribune des musiciens.



Après une présentation du Louvre médiéval, nous avons pu admirer les sculptures du XVIe siècle de la salle des Caryatides, avant de poursuivre vers la célèbre Victoire de Samothrace en haut du grand escalier aujourd'hui désert !

 

 

paris 2011 04

 

En haut du grand escalier face à la victoire de Samothrace : un des manifestes de la sculpture d'époque hellénistique.

 

 

paris 2011 05

 

Seuls dans la salle de la Joconde et des Noces de Cana.


 

 Continuant dans la "Grande Galerie", elle aussi vide, les étudiants n'ont pas boudé le plaisir de découvrir la salle de la Joconde et des Noces de Cana pour eux seuls...

 

 

paris 2011 06

 

Lescot a construit ici l'un des plus beaux escaliers de la Renaissance. Le décor sculpté des voûtes en berceau a été réalisé par l'atelier de Jean Goujon entre 1551 et 1555.

 

Mais la visite laissait entrevoir d'autres belles surprises comme l'escalier d'Henri II avec ses bas-reliefs dont Guillaume Fonkenell est un grand spécialiste. II évoque le roi Henri II par son chiffre et son emblème en croissant de lune, ainsi que la chasse liée à la déesse Diane.

 

paris 2011 07

 

Dans la Cour Carrée du Louvre achevée en 1668.

 

 Le parcours s'est terminé par le commentaire de la façade Pierre Lescot (commandée par François Ier, confirmée par Henri II et achevée vers 1555) dans la Cour Carrée : elle constitue l'un des premiers exemples importants du style Renaissance à Paris.


Rappelons, à cette occasion, l'ouvrage récent de Daniel Soulié, Le Louvre pour les nuls, que les étudiants avaient rencontré lors d'une conférence-visite au Musée d'Art moderne de Saint-Etienne en février 2011 :

  • Le Mercredi 12 Mai, jour des questions à l'Assemblée Nationale, nous nous sommes déplacés au Palais Bourbon pour une visite des lieux en matinée.

 

paris 2011 08

 

Traversée de la Seine en direction du Palais Bourbon.

 

L'assemblée étant vide à ce moment là, nous avons pu nous rendre dans l'hémicycle  silencieux.

 

paris 2011 08.1

 

Le Penseur de Rodin l'une des plus célèbres sculptures en bronze d'Auguste Rodin débutée en 1880.

 

Après une escapade au Musée Rodin tout proche, nous étions attendus pour les questions au gouvernement à 15 heures.

 

paris 2011 09

 

Au pied de la tribune de l’Assemblée Nationale.

 

 Là l'ambiance sonore du matin avait changé et les députés posaient leurs questions aux ministres ou réagissaient avec véhémence. Jean Louis Gagnaire, le député de la 2e circonscription de la Loire (celle du Lycée Claude Fauriel), également Vice-président en charge du développement économique et de l'économie sociale et solidaire en Région Rhône-Alpes, nous attendait ensuite pour une collation et un échange avec les étudiants dans l'Hôtel de la Questure.

 

paris 2011 10

 

Echanges détendus entre les étudiants et le député JL Gagnaire sur les questions urbaines ou culturelles.

 

La discussion porta notamment sur les questions au gouvernement ou encore sur les débats parlementaires en cours : les gaz de schiste et la "sortie du nucléaire" abordés cette année en cours de géographie (« Les énergies dans le monde » programme ENS/LSH 2011). Enfin l'échelle régionale et locale fut abordée avec notamment le débat sur le transfert du siège de la Comédie de Saint-Etienne. Les étudiants ont ainsi pu comprendre très concrètement quel était le rôle d'un député au-delà de ses seules attributions parlementaires : une sorte d'intermédiaire voire de "facilitateur" entre les échelons locaux et nationaux.

 

 

 

paris 2011 11

 

Réflexion sur le paysage urbain en compagnie de Stéphane Bailly depuis la passerelle de l’Ile Seguin (le Pont Renault) à Boulogne Billancourt.

 

  • Le jeudi matin fut consacré à l'urbanisme opérationnel avec la visite guidée de la ZAC Seguin à Boulogne Billancourt. Stéphane Bailly, architecte urbaniste, stéphanois d'origine et responsable de projets à la SAEM Val de Seine Aménagement, nous y attendait.

 

paris 2011 12

 

Face à la maquette de la ZAC Seguin, Rives de Seine qui est actuellement une des plus importantes opérations d'aménagement en Ile-de-France sur 74 hectares.

 

 

Après une présentation de la maquette dans les locaux de la SAEM, le groupe a pu visiter le nouveau quartier répondant aux normes du développement durable avec en particulier une mixité sociale et une gestion écologique des eaux. La particularité de ce quartier réside dans la proximité entre l'habitat (social ou en accession à la propriété), les services (écoles, crèches, médiathèque), et l'emploi (immeubles de bureaux). C'est la fin du zonage imposé par l'urbanisme fonctionnaliste. La ville de demain se construit sous nos yeux avec ici les meilleures signatures de l'architecture mondiale.

 

paris 2011 13

 

Présentation de la « la Tour Horizons » de Jean Nouvel.

Il la décrit comme une "non-tour", une alternative au "monolithisme" ordinaire des constructions en hauteur.

 

 

 Nous avons pu découvrir la nouvelle Tour Horizons (Ateliers Jean Nouvel) en voie d'achèvement et enfin visiter le Jardin de l’île Seguin (paysagiste : Michel Desvigne, Grand Prix de l'Urbanisme 2011). Michel Desvigne, à l’origine botaniste et géologue, exerce son activité en France et dans plusieurs pays. Dans son travail Michel Desvigne revendique souvent une certaine naturalité dans ses interventions, un goût pour la géographie plus que pour l'histoire, une certaine idée de la fluidité et en même temps de la lisibilité des paysages.

 

Diplômé de l’école nationale supérieure du paysage de Versailles, Michel Desvigne, est connu pour ses travaux de reconquête urbaine à grande échelle qui mettent en valeur les grandes lignes géographiques du paysage.

Il aménage actuellement 2 parcs urbains semblables : l'Ile Seguin à Boulogne-Billancourt et La Confluence de Lyon.

Pour la première fois l'Ile Seguin est ouverte au public grâce à cet espace ludique qui permettra d'observer la transformation de l'île au fur et à mesure de l'avancement du chantier.

Yann Kersalé – Plasticien lumière,  a créé le mobilier lumineux qui anime le jardin de l’île Seguin.

 

jardin seguin

 

Le jardin de l’île Seguin offre une succession de jardins en creux et d’espaces plantés, qui accueillent de nombreuses variétés de plantes « indigènes ». Leur origine locale permet une gestion plus économe et plus respectueuse de l’environnement. Exemples : les saules, les sureaux…

 

Ce jardin illustre la tendance actuelle des jardins naturels (essences indigènes, biodiversité), écologiques (gestion des eaux, absence de pesticides, traitement des sols, mobilités) et ouverts au public (espaces de jeux, de détente, de culture).

 

paris 2011 14

 

Le jardin de l’île Seguin se situe au cœur du projet qui va transformer l’île en un territoire d’exception, culturel, artistique, durable et innovant, dont Jean Nouvel, architecte de renom international, coordonne le projet urbain.

 

La problématique principale de la visite fut celle de la requalification d’un site industriel (les usines Renault) avec la création d’un pôle culturel selon les principes d’un aménagement durable ainsi que la création d'espaces verts.

 

 

paris 2011 15

 

Présentation de la muséographie dans l’entrée de la galerie principale de l’ancienne gare d’Orléans.


 

La journée s'est achevée par la visite du Musée d'Orsay pour un parcours à travers les collections avec quelques repères sur la ville haussmannienne.


 

 

Ces trois journées denses ont permis de traverser les siècles depuis le Louvre médiéval jusqu'au XXI° siècle et de confronter les problématiques relevant autant de l'histoire que de la géographie, preuve - s'il en faut - que les deux disciplines sont complémentaires : histoire de Paris et du pouvoir central ; histoire des arts et des représentations ; aménagement urbain et paysagisme à différentes échelles. Par ailleurs, entre le Jardin des Tuileries de Le Nôtre traversé et étudié et le jardin en construction de l'Ile Seguin de Michel Desvignes, cinq siècles de l'art des jardins ont été abordés.

 

paris 2011 16

 

Le ahah ou « saut de loup » du Jardin des Tuileries : un grand classique du paysagisme.

 

Ce type de sortie correspond à la volonté des enseignants de la classe préparatoire d'ouvrir les portes du lycée et les horizons culturels.

Nous tenons à remercier chaleureusement tous les intervenants de qualité qui ont consacré une partie de leur temps précieux pour recevoir nos "khâgneux"  dans de si bonnes conditions de visite et d'étude.

 

Des comptes rendus plus ciblés seront proposés par les étudiants dans les jours à venir."

Rédigé par François Arnal

Publié dans #prépa ENS LSH

Commenter cet article

souvenirs paris 21/05/2011 23:03



c'est vraiment sympa Paris quand même